Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  Vincent Lucas/Etincelles/Repaire de Savinien "nouvelle ère"

Passion ! mais pas pour tout le monde !

30 Juin 2012, 15:06pm

Publié par Vince

Passion !

Mais pas pour tout le monde !

 

 

Et oui ! on ne peut pas plaire à tout le monde !

 

Surtout quand on change de menus chaque jour et que l’on impose un menu unique… appelé Risques et Aventure… sans doute avec plus de risques pour moi et plus d’aventure pour le client…

L’invasion internet des sites d’avis nous permet aujourd’hui de se remettre en question de plus en plus souvent, mais le client mécontent est parfois faux, il dit que tout va bien lorsqu’il est là…puis que tout est nul et mauvais lorsqu’il écrit sur internet… Alors, soyons prudents ! et encore plus sincères.

 

Le guide michelin est depuis quelques années devenu plus « jeune » et ouvert dans l’attribution des étoiles, et c’est pour cela qu’il existe des écarts énormes entre les établissements. On peut trouver une adresse comme la nôtre, plutôt décontractée, dont le menu change au jour le jour au rythme des produits et des envies, ou bien se retrouver dans un restaurant plus « ancienne école » avec sa batterie de serveurs un peu coincés, sa carte à rallonge, une déco plutôt « super-trop classe »…Alors, le plus compliqué, finalement, est de prendre conscience que le client peut se sentir bien dans l’une des deux adresses, mais souvent pas dans les deux, et là c’est le début de la catastrophe !!! Le client peut ne pas se sentir à l’aise, ou bien pas dans son élément, ou encore ne pas comprendre l’esprit d’une maison ou d’une cuisine. Il peut alors critiquer « méchamment »  en ne faisant pas la différence entre le « j’ai aimé ou pas aimé » et le « c’est bon ou c’est pas bon » sans se soucier du mal qu’il peut faire. Pour notre part, nous avons fait le choix d’un type d’accueil, d’un type de cuisine et d’une formule bien à nous, et nous l’assumons pleinement. Nous ne sommes pas venus à Sainte-Sabine, dans ce trou, peut-on dire, pour nous laisser imposer une manière de faire qui ne nous correspond pas, et qui ne correspond pas non plu à notre environnement. Nous sommes là avant tout pour vivre bien et sereins, puis pour partager cela avec nos clients « ouverts » et recherchant le bien-être d’une maison de campagne. Chaque chef peut dire ce qu’il veut, nous ne sommes pas infaillibles, et nous cuisinons chaque jour dans l’état d’esprit dans lequel nous sommes. Alors, à nos risques et périls, ainsi que pour le client, qui peut finalement subir n’importe quel problème sans en comprendre forcément l’origine, et puis de toute façon ce n’est pas son problème ! Il est là pour passer un bon moment et en plus il paye ! mais ceci peut être un sujet interminable auquel il faut confronter le côté humain et le côté professionnel…

 

On sait maintenant que ceux qui aiment, nous suivent, et que d’autres forcément restent sur le bord de la route, mais c’est ainsi et c’est normal.

 

L’autre problème, est La Peur d’un restaurant Etoilé…à la campagne !

Oui, on se méfie d’un resto trop guindé, d’une quantité trop faible dans l’assiette, d’une découverte trop risquée…Ce sentiment est compréhensible et parfois justifié, mais n’ayons pas peur ! La plupart des restaurants étoilés sont plus humains qu’avant, le personnel y est attentif et gentil, l’ambiance de plus en plus décontracté au travers d’un décor personnalisé « cool » et d’un service sensible et efficace. Les plats de la dite « Nouvelle cuisine » n’existent plus et quel intérêt peut on avoir à aller dans un resto pour manger la même chose qu’à la maison ?

Commenter cet article

Brassem 04/07/2012 11:04


Voilà qui est franc et décisif ! Pour ma part je m'enorgueillis de vous avoir dit de vive voix que je contestais votre inclination à imposer le vin à vos clients. Nous venons chez vous pour
l'aventure culinaire , soit. Mais laissez-nous boire le vin que nous aimons. Aussi aimerais-je savoir si le mardi 7 août au soir nous pourrons déguster un blanc du château La Jaubertie plutôt
qu'un Montravel encore en gestation . Serge Brassem du groupe des coureurs des 100 kms de Belvès.